Archives pour la catégorie Entrées thématiques

Référentiel de compétences pour l’enseignant universitaire

Cette fiche est issue du rapport de synthèse du mini-colloque AIPU 1999 (Montréal) : La formation pédagogique des nouveaux enseignants à l’université.

Dimension pédagogique

(01) Adopter une représentation de l’acte d’enseigner et d’apprendre susceptible de rendre son activité d’enseignement la plus efficace possible (en termes de gains d’apprentissage).

C’est, par exemple, vouloir et pouvoir mettre en œuvre des dispositifs pédagogiques différents de ceux que l’on a toujours connus, dans le souci de développer de meilleurs apprentissages. C’est aussi accepter de faire évoluer la conception que l’on a de ce que signifie « enseigner », en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques en la matière.

(02) Planifier et mettre en œuvre des activités d’enseignement (choix et articulation des objectifs, des méthodes d’enseignement, des contenus, des supports, etc.) pertinentes, efficaces et efficientes.

C’est, par exemple, planifier et mettre en œuvre des dispositifs pédagogiques (contenus + méthodes) qui soient les plus adaptés aux objectifs poursuivis et aux caractéristiques du public-cible (pertinence et efficacité), mais qui tiennent compte également du contexte d’enseignement (efficience).

(03) Planifier et mettre en œuvre les activités d’évaluation des apprentissages (choix et articulation des critères, des méthodes d’évaluation, des instruments, techniques de correction, etc.).

C’est, par exemple, vouloir et pouvoir varier les dispositifs d’évaluation, en fonction des objectifs poursuivis, mais aussi du déroulement des activités. C’est définir et communiquer des critères et les procédures qui garantissent le plus d’objectivité. C’est également proposer des démarches d’évaluation formative.

(04) Maîtriser les diverses formes de la communication pédagogique (expression orale et écrite, communication non-verbale, utilisation des multimédias, etc.).

C’est, non seulement, pouvoir communiquer clairement par oral et par écrit, mais c’est aussi construire et savoir utiliser des supports variés (notes de cours, portefeuille de lectures, transparents, CD-Rom, etc.) adaptés aux différents besoins pédagogiques.

(05) Animer et gérer les interactions dans des groupes d’étudiants de tailles diverses.

C’est, par exemple, pouvoir susciter des interactions (professeur-étudiants, étudiants-étudiants), quels que soient le nombre d’étudiants et le contexte d’enseignement.

Continuer la lecture de Référentiel de compétences pour l’enseignant universitaire 

Faire cours au temps des attentats

2201910066_912b844423_bDe nombreux.se.s enseignant.e.s se sont demandé comment aborder le premier cours après les attentats, se sont inquiété.e.s d’éventuelles maladresses de leur part, ou de propos d’étudiant.e.s ou d’élèves qui les auraient mis en difficulté. Voici quelques ressources très diverses, du côté du conseil léger (hors des prescriptions qui ne nous semblent pas de mise) ou du simple témoignage, pour aborder cette question, ou d’autres événements pénibles (les signalements d’autres textes et ressources de ce type sont les bienvenus en commentaire). Continuer la lecture de Faire cours au temps des attentats 

Élaborer un syllabus/plan de cours

Le plan de cours ou syllabus est un élément clé de l’enseignement universitaire : il est un appui incomparable pour les enseignant.e.s car il leur permet d’organiser l’ensemble de leur cours sur le semestre ou une autre période, et en particulier de construire une progression ; et c’est un repère précieux pour les étudiant.e.s qui peuvent y voir concrètement le contenu et la progression du cours. Pour les deux parties, c’est un outil de clarification, d’anticipation, d’explication.

Quelques ressources en ligne :

Elaborer un syllabus de cours (ou plan de cours), document du CSE (Centre de soutien à l’enseignement) de l’université de Lausanne

Rédiger son plan de cours (syllabus), fiche de formation à l’université de Genève

« Développer un syllabus de cours« , billet très détaillé sur le blog Pédagogie universitaire d’Amaury Daele

« Préparer un plan de cours », les bonnes questions, la méthode et des références bibliographiques par le service de formation de l’université de Montréal

Un très riche dossier sur l’agrégateur de liens Diigo qui fournit environ 25 liens vers de ressources en ligne

Et pour finir « Un modèle de syllabus de cours » à utiliser tout à fait librement, porposé en ligne par Émilie Bouvrand

Utiliser efficacement les ENT (environnements numériques de travail)

Toutes les universités proposent leur ENT (Environnement numérique de travail), nommé aussi EPI (Environnement pédagogique interactif). Ce sont des espaces généralement accessibles à partir des intranets des universités, ouverts aux enseignant.e.s et aux étudiant.e.s, et qui permettent d’échanger des documents, de diffuser des syllabus ou des « polys », de proposer des discussion par le biais de forums, de coordonner un binôme ou une équipe pédagogique, etc.

Sur le site de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne :

 Accompagner le présentiel avec les Espaces pédagogiques interactifs (EPI)

Développer des enseignements hybrides ou à distance

Sur canal U, la webtv de l’enseignement supérieur, une conférence sur L’INTÉGRATION DES SERVICES DE L’ENT DANS LES PRATIQUES D’ENSEIGNEMENT

Le guide des usages du numérique de l’UNPIDF, très utile à connaître pour les enseignant.e.s : Guide des usages du numérique

Pour un approfondissement éventuel par les passionné.e.s…, un « Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de Pédagogie Médicale » : Mise en place d’un Enseignement Dirigé électronique via l’Environnement Numérique de Travail dans le cadre de la Première Année Commune aux Etudes de Santé

… et bien sûr que chaque doctorant.e-enseignant.e aille explorer l’ENT de son université et les tutoriels ou docuemnts d’accompagnement qui sont très certainement en ligne !

Évaluation des étudiant.e.s

En l’état actuel de la pédagogie du supérieur en France, une part de la formation à l’enseignement supérieur est informelle, au sens de participative, collective et interactive. Mais les procédures d’évaluation sont difficiles à mettre en place sans formation, et, improvisées, risquent d’être trop rigides ou au contraire un peu flottantes.

Quelques ressources pour adopter ou se construire des critères, des grilles et une méthode d’évaluation :

Sur le site du Centre de soutien à l’enseignement supérieur de l’université de Lausanne : Choisir ses stratégies d’évaluation

Sur le blog Pédagogie universitaireStratégies d’évaluation dans l’enseignement supérieur

Le n° 78 de la revue RESEAU : Comment réduire la subjectivité de l’évaluation ?

Sur le blog Pédagogie universitaire, des informations pratiques et précises :

Sur le site de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne : Évaluer les étudiant.e.s en ligne

Sur le site de Thierry Marchand ONEF (Outils numériques pour l’enseignement et la formation) : Le numérique a changé ma façon d’évaluer

Enseigner en s’appuyant sur les erreurs des étudiant.e.s

Cela peut sembler paradoxal, mais les erreurs ne sont pas seulement destinées à être corrigées ; elles peuvent aussi servir d’appui à des consolidations, voire de nouveaux apprentissages. Le traitemet bienveillant des erreurs contribue de plus à créer une bonne relation entre enseignant.e.s et étudiant.e.s, ce qui est un ingrédient fondamental de la réussite de l’enseignement-apprentissage à l’université.

Quelques liens pour s’initier et/ou s’autoformer :

Sur le blog Pédagogie universitaireEnseigner grâce aux erreurs des étudiant-e-s

Sur le blog te@chthought, en anglais : 10 Ways To Honor Mistakes In The Learning Process

Sur le site de l’université de Provence, une fiche sur le livre de J.-P. Astolfi : L’erreur, un outil pour enseigner

Référence : Astolfi, J.-P. (2009). L’erreur, un outil pour enseigner (9 éd.). Issy-les-Moulineaux: ESF éditeur.

Profession : doctorant.e-enseignant.e

Entreprendre un doctorat signifie souvent s’engager dans des activités d’enseignement, que ce soit comme doctorant.e contractuel.le, comme chargé.e de cours, comme ATER.

Si la pédagogie universitaire est la même,  que l’on soit doctorant.e ou non (à l’université, les PRAG-PRCE ne sont pas forcément docteur.e.s ou engagé.e.s dans un doctorat), en revanche l’articulation des deux activités, l’enseignement et la recherche, est spécifique et mérite une formation, ou tout du moins une sensibilisation et une réflexion. De même, la plupart du temps, les doctorant.e.s-enseignant.e.s sont débutant.e.s dans l’enseignement universitaire, ou dans l’enseignement tout court. Continuer la lecture de Profession : doctorant.e-enseignant.e 

Améliorer la rédaction des étudiant.e.s

Tou.te.s les enseignant.e.s à l’université sont (en principe) de bon.ne.s scripteur.e.s, ce qu’on appelle des scripteur.e.s expert.e.s : illes savent écrire, parce qu’illes ont reçu des formations qui comprennent, ou qui sanctionnent, les compétences rédactionnelles. Savoir écrire à l’université, ça veut dire produire des écrits qui correspondent aux formats qui ont cours dans l’institution, sur le plan des genres, des styles et des corrections formelles (grammaticale et orthographique en particulier). C’est détenir un ensemble de compétences qui définissent la littératie universitaire française. Continuer la lecture de Améliorer la rédaction des étudiant.e.s