Tous les articles par sbottani

A propos sbottani

Maître de Conférence de Physique à l'Université Paris 7 Diderot - Université Sorbonne Paris cité Directeur du Centre de Formation des Doctorants insertion professionnelle Curieux sur tous les savoir et leurs application pour le bénéfice de tous. Très impliqué dans le développent de nouveaux enseignement et nouvelle approches pédagogiques.

Ressources pédagogiques proposées par le centre de soutien à l’enseignement de l’Université de Lausanne

Un article du site très documenté  innovation-pedagogique.fr sur les pratiques et la formation à la pédagogie universitaire à l’université de Lausanne :

Ressources pédagogiques proposées par le centre de soutien à l’enseignement de l’Université de Lausanne 

qui présente le Centre de Soutien à l’Enseignement de l’Université de Lausanne.

Ensemble de mémos, témoignages, fiches méthodes pour aider à construire ses enseignements et améliorer ses pratiques avec les étudiant.e.s

Une illustration éclairante de l’attention portée à la pédagogie universitaire dans les pays francophones frontaliers.

 

L’innovation pédagogique en 2016 vue par les étudiants des UFR scientifiques

Un point de vue rarement exprimé : la perception par des étudiants actuels des évolutions en pédagogie. Rapport par la « Fédération Nationale des Étudiants en sciences exactes, naturelles et techniques (FNEB) », association régie par la loi du 1er juillet 1901 qui regroupe un réseau d’associatifs et d’étudiants scientifiques répartis sur une quinzaine d’universités en France

« Depuis plusieurs années, la pédagogie est au centre de nombreux débats, tant dans
l’enseignement secondaire que supérieur. De nombreux acteurs de l’enseignement supérieur se sont ainsi exprimés à ce sujet. Aujourd’hui, il a paru essentiel à la FNEB d’apporter le point de vue des étudiants en sciences dans cette réflexion globale. »

http://www.fneb.fr/wp-content/uploads/2016/11/Contribution-Innovation-P%C3%A9dagogique.pdf

Un rapport très bien informé, qui est une synthèse efficace sur les transformations en cours et les réformes possibles. Réflexion très mûre, avec des revendications pertinentes  de la part de ce collectif étudiant regroupant les premiers intéressés.

Intéressant de constater comment ce groupe étudiant voit l’innovation pédagogique comme  » un formidable outil permettant de pallier à de nombreux problèmes que pose la surpopulation à l’Université » (p11, emphase en gras originale). Une affirmation rarement osé par les les enseignants-chercheurs et responsables universitaires.

Un appel à la généralisation des pratiques interactives en amphi (notamment clickers).

Un playdoer pour le développement d’approches par compétence dans les cursus.

Et un appel à la valorisation de l’enseignement dans les carrières des enseignants-chercheurs.

Apprendre à l’université du XXIᵉ siècle ou comment nourrir son éléphant ?

Un article très intéressant par Fabien Fenouillet, professeur à l’ Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Université Paris Lumières, sur l’état des recherches sur les mécanismes de l’apprentissage humain et leurs conséquences sur des pratiques pédagogiques. Article  dans The Conversation France publié à l’occasion du colloque « Apprendre à l’université du XXXe siècle », organisé par la Conférence des Présidents d’Université.

https://theconversation.com/apprendre-a-luniversite-du-xxi-siecle-ou-comment-nourrir-son-elephant-68728

Idées clés:

« Apprendre par ses propres mots »

Les résultats de plusieurs recherches montrent très clairement  que l’apprentissage est le plus fort lorsque les étudiant-e-s font un travail de resitution eux-elles mêmes avec leur propres vocabulaire et expression. Une idée forte des enseignement peer-2-peer.

« Prendre des notes, activité-clé »

D’autres recherche ont montré dans des situations différentes un meilleur apprentissage d’un cours avec une prise de notes active, encore renforcée quand la prise de notes était aidée par une trame la facilitant.

« …toutes les stratégies d’apprentissage ne sont pas aussi efficaces les unes que les autres. Un des moyens de favoriser l’apprentissage est donc d’aider les apprenants à utiliser les stratégies d’apprentissage les plus efficaces…  »

Une conclusion éclairante sur l’approche des transformations actuelle en enseignement :

« Cependant, la recherche nous indique qu’à trop faciliter les choses, ces nouvelles technologies peuvent avoir un effet contre-productif. Si l’apprenant se contente de télécharger son cours sans mettre en place de stratégie, la qualité de son apprentissage ne sera pas brillante. »

Evaluation de l’enseignement par les étudiants (EEE)

L’évaluation des enseignements par les étudiants est un sujet polémique en France. très peu mis en place. Seules quelques universités l’ont expérimenté (université Claude Bernard Lyon 1 notamment). Alors que 90 à 100% des universités américaines l’utilisent.

Outil pouvant servir à améliorer l’enseignement il risque aussi d’être un système de contrôle administratif pour la gestion des carrières et des programmes.

Craint en outre par de nombreux enseignants pour son manque de fiabilité avec des retours de points de vue d’étudiants partiaux et inutilisables.

L’article )pas trop long) « La dynamique paradoxale de l’EEE » par
Nathalie Younès, Nicole Rege Colet, Pascal Detroz et Emmanuel Sylvestre (dans Romainville, Goasdoue, Vantourout, Evaluation et enseignement supérieur)  résume la problématique et les tudes existantes sur le sujet.

Différentes recherches nuancent les perceptions négatives et montrent comment une bonne mise en place fait de cet outil quand il est mis en place correctement adapté au contexte local et suivi de dispositions d’amélioration.

Une lecture bien instructive.

Suivre aussi commentaires de lecture sur #hal01121467

Rôle et promesses d’un syllabus

Comment construire un cours? Rôle du « syllabus »

Présentation préalable du cours, de ses contenus, sa logique et des résultats escompté, le syllabus est un document trop rarement disponible dans l’enseignement supérieur français. Pourtant son rôle est essentiel pour impliquer les étudiant.e.s dans l’enseignement en leur permettant de connaître les objectifs en terme d’apprentissage et le mode d’emploi du cours.

L’article en lien dans Chronicles of Higher Education  de James M Lang, professeur d’Anglais à l’Assumption College, Massachusset et directeur du Center for Teachin Excellence » « The 3 Essential Functions of Your Syllabus, Part 1« , ( seconde partie le  mois prochain) explique bien l’importance de ce document.

Il est commun pour les étudiant.e.s d’être perdus dans un cours, de ne pas comprendre la logique de l’enchainement des leçons pensée par le prof.  Quel est le rapport entre la dernière leçon et celle de la première semaine ? Pourquoi d’ailleurs s’investir à étudier ce cours, pour une note comptant dans une moyenne, certes, mais à quoi ce cours peut servir?  Au delà des contenus, qu’est-il attendu d’eux comme travail à l’occasion du cours magistral, à l’occasion des lectures et devoirs donnés, à l’occasion des TD?

Le syllabus est un outils de motivation, d’explication global d’un enseignement, permettant d’en saisir les enjeux et le mode d’emploi. Son existence et sa qualité contribuent au niveau de l’enseignement dispensé.

Conseil Economique Social et Environnemental : Avis sur la pédagogie numérique

Le Conseil Economique Social et Environnemental,  assemblée consultative composée de représentants sociaux de tous horizons (patronat, syndicats, associations) vient de publier un avis documenté :

LA PÉDAGOGIE NUMÉRIQUE : UN DÉFI POUR L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Ce rapport et avis dresse un bilan des transformations et enjeux actuels du renouveau des approches pédagogiques et technologiques pour les universités. Et le vote par tous les représentant en faveur des recommandations pour le développement au sein de l’enseignement supérieur de ces approches est un signe fort à rendre en compte dans les universités.

Un point important mis en avant est la formation des enseignants chercheurs, actuels et futurs,  à ces pédagogies et technologie et l’indispensable prise en compte statutaire du travail d’enseignement numérique (qui à l’heure actuelle ne compte pas, car hors d’une interaction face-face en salle de classe avec les étudiants…).

Bref, un avis d’une instance officielle de la République qui témoigne de besoins actuels dans l’enseignement supérieur, et qui peut influencer des politiques futures.

Pour les doctorant.e.s enseignant en formations ces tendances sont à prendre en compte dans leur formation.

 

Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? .-

Une étude qui motive notre action au CFDip pour les compétences en pédagogie universitaires.

Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? .- Demougeot-Lebel J..- Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, Vol. 30, n°3, 2014
Cette recherche exploratoire s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens semi-directifs pour investiguer les attitudes, méthodes et outils utilisés par 22 maîtres de conférence (MCF), appartenant à ladite Génération Y. Trois hypothèses liées aux caractéristiques attribuées à cette génération sont étudiées : leur besoin d’innovation ; leur aisance avec les technologies ; leur capacité à être multitâches. Nos résultats 1) mettent au jour une diversité de pratiques inscrites cependant dans un modèle magistro-centré ; 2) suggèrent que l’usage des outils numériques pour enseigner ou communiquer avec les étudiants n’est pas une pratique universelle ; et 3) que la prise en compte de l’étudiant dans la relation pédagogique est importante.

Accès au texte intégral

Propositions de la CPU pour la formation des E.C.

Propositions circulant actuellement d’un groupe de travail sur les carrières des Enseignants Chercheurs de la Conférence des Présidents d’Université  (CPU) et concernant tout particulièrement leur formation, aussi bien initiale que continue.:

LA FORMATION

Former tous les doctorants à la pédagogie. La CPU préconise de « renforcer le rôle des écoles doctorales en matière de formation : formations transversales, formations scientifiques, intégration de formations aux outils numériques ou à l’ingénierie pédagogique (en lien avec la stratégie de l’établissement), présentation des structures de l’université… ». En outre, une « formation initiale à la pédagogie » pourrait prendre « une autre forme que celle qui existait dans le cadre des CIES » (centres d’initiation à l’enseignement supérieur). Ce point est à travailler avec les Espé. » Quoi qu’il en soit, tous les doctorants, et pas seulement ceux qui bénéficient d’un contrat doctoral, devraient bénéficier d’une « formation à la pédagogie ou au management ou à la transmission de connaissances », de manière obligatoire. « Cette formation pourrait être prolongée dans les deux ans qui suivent le recrutement. »

La formation continue des enseignants-chercheurs. Le nouveau décret statutaire reconnaît « clairement » la possibilité d’une formation continue pour les enseignants-chercheurs. Certaines formations organisées par les organismes de recherche et les laboratoires
 pourraient être mutualisées. Parmi les thèmes de formation continue, la CPU évoque « la prise en charge d’activités transversales ou administratives », « la pédagogie et la didactique disciplinaire », les « outils numériques, en appui à la pédagogie ». Par ailleurs, des « formations mixtes, à destination des enseignants-chercheurs comme des personnels Biatss » pourraient être proposées.

Globalement les propositions renforcent la mission d’enseignement des universitaires et prévoient meilleure préparation et reconnaissance:

« Remettre l’activité de formation au cœur du métier de l’enseignant-chercheur, au même titre que l’activité de recherche et prévoir ainsi des congés sur le modèle des CRCT (congés pour recherche ou conversion thématique) permettant à un enseignant-chercheur de développer des innovations en matière pédagogique, de ressources numériques « .