Archives du mot-clé relation pédagogique

« Enseignants-chercheurs de la Génération Y », article de J. Demougeot, 2014

Les jeunes enseignant.e.s-chercheur.e.s sont-ils plus innovant.e.s que leur aîné.e.s sur le plan pédagogique ? Réponse dans cette étude de Joëlle Demougeot-Lebel.

Demougeot-Lebel J., Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, Vol. 30, n°3, 2014.

Résumé
« Cette recherche exploratoire s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens semi-directifs pour investiguer les attitudes, méthodes et outils utilisés par 22 maîtres de conférence (MCF), appartenant à ladite Génération Y. Trois hypothèses liées aux caractéristiques attribuées à cette génération sont étudiées : leur besoin d’innovation ; leur aisance avec les technologies ; leur capacité à être multitâches. Nos résultats 1) mettent au jour une diversité de pratiques inscrites cependant dans un modèle magistro-centré ; 2) suggèrent que l’usage des outils numériques pour enseigner ou communiquer avec les étudiants n’est pas une pratique universelle ; et 3) que la prise en compte de l’étudiant dans la relation pédagogique est importante.

Voici les hypothèses de  cette étude :

  1. Hypothèse 1 : Les membres de la Génération Y sont considérés comme créatifs, actifs dans leur recherche d’informations et ayant le goût de l’innovation. Selon cette hypothèse, nous nous attendons donc à ce que les jeunes MCF, dès qu’ils en ont la latitude, abandonnent les méthodes d’enseignement transmissives, telles que le cours magistral, et mettent en place des pratiques pédagogiques innovantes dans les cours qu’ils donnent à l’université.
  2. Hypothèse 2 : On considère comme une évidence leur habileté à utiliser Internet et la technologie. Nous faisons donc l’hypothèse qu’ils utilisent les technologies pour enseigner. Nous recherchons ici l’usage d’outils numériques à des fins pédagogiques.
  3. Hypothèse 3 : Considérés comme multitâches (ils auraient l’habitude de faire plusieurs choses en même temps), nous faisons l’hypothèse qu’ils sont plus « compréhensifs » quand face à eux des étudiants semblent faire tout autre chose qu’écouter leur cours. 

Réponses à découvrir dans le texte intégral : <http://ripes.revues.org/pdf/883>