Colloque international juin 2015 : « Apprendre, Transmettre, Innover à et par l’Université »

Colloque international ATIU : « Apprendre, Transmettre, Innover à et par l’Université »

24-25-26 juin 2015, université Paul-Valéry, Montpellier III. 

Le colloque se propose de questionner la « Réussite à et par l’université » sous le prisme de trois termes « apprendre, transmettre et innover » dans la perspective de la réflexion menée au sein de l’IDEFI-UM3D par Groupe de Recherche Interdisciplinaire (GRI) de l’université Paul-Valéry.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 25 Mai 2015. Pour tout renseignement, consulter le site web à l’adresse suivante : https://sites.google.com/site/colloqueatiu/

Consulter le programme

Conférences plénières :

Monica Masperi : « Pratiques innovantes en enseignement – apprentissage, l’exemple d’Innovalangues »

Emmanuelle Annoot : « La réussite des étudiants à l’université et les évolutions des missions des enseignants-chercheurs  »

Philippe Parmentier : « La transition de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, à l’âge des incertitudes – Vingt ans de recherches et d’actions dans les universités belges francophones »

 

« Enseignants-chercheurs de la Génération Y », article de J. Demougeot, 2014

Les jeunes enseignant.e.s-chercheur.e.s sont-ils plus innovant.e.s que leur aîné.e.s sur le plan pédagogique ? Réponse dans cette étude de Joëlle Demougeot-Lebel.

Demougeot-Lebel J., Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, Vol. 30, n°3, 2014.

Résumé
« Cette recherche exploratoire s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens semi-directifs pour investiguer les attitudes, méthodes et outils utilisés par 22 maîtres de conférence (MCF), appartenant à ladite Génération Y. Trois hypothèses liées aux caractéristiques attribuées à cette génération sont étudiées : leur besoin d’innovation ; leur aisance avec les technologies ; leur capacité à être multitâches. Nos résultats 1) mettent au jour une diversité de pratiques inscrites cependant dans un modèle magistro-centré ; 2) suggèrent que l’usage des outils numériques pour enseigner ou communiquer avec les étudiants n’est pas une pratique universelle ; et 3) que la prise en compte de l’étudiant dans la relation pédagogique est importante.

Voici les hypothèses de  cette étude :

  1. Hypothèse 1 : Les membres de la Génération Y sont considérés comme créatifs, actifs dans leur recherche d’informations et ayant le goût de l’innovation. Selon cette hypothèse, nous nous attendons donc à ce que les jeunes MCF, dès qu’ils en ont la latitude, abandonnent les méthodes d’enseignement transmissives, telles que le cours magistral, et mettent en place des pratiques pédagogiques innovantes dans les cours qu’ils donnent à l’université.
  2. Hypothèse 2 : On considère comme une évidence leur habileté à utiliser Internet et la technologie. Nous faisons donc l’hypothèse qu’ils utilisent les technologies pour enseigner. Nous recherchons ici l’usage d’outils numériques à des fins pédagogiques.
  3. Hypothèse 3 : Considérés comme multitâches (ils auraient l’habitude de faire plusieurs choses en même temps), nous faisons l’hypothèse qu’ils sont plus « compréhensifs » quand face à eux des étudiants semblent faire tout autre chose qu’écouter leur cours. 

Réponses à découvrir dans le texte intégral : <http://ripes.revues.org/pdf/883>

Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? .-

Une étude qui motive notre action au CFDip pour les compétences en pédagogie universitaires.

Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? .- Demougeot-Lebel J..- Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, Vol. 30, n°3, 2014
Cette recherche exploratoire s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens semi-directifs pour investiguer les attitudes, méthodes et outils utilisés par 22 maîtres de conférence (MCF), appartenant à ladite Génération Y. Trois hypothèses liées aux caractéristiques attribuées à cette génération sont étudiées : leur besoin d’innovation ; leur aisance avec les technologies ; leur capacité à être multitâches. Nos résultats 1) mettent au jour une diversité de pratiques inscrites cependant dans un modèle magistro-centré ; 2) suggèrent que l’usage des outils numériques pour enseigner ou communiquer avec les étudiants n’est pas une pratique universelle ; et 3) que la prise en compte de l’étudiant dans la relation pédagogique est importante.

Accès au texte intégral

Propositions de la CPU pour la formation des E.C.

Propositions circulant actuellement d’un groupe de travail sur les carrières des Enseignants Chercheurs de la Conférence des Présidents d’Université  (CPU) et concernant tout particulièrement leur formation, aussi bien initiale que continue.:

LA FORMATION

Former tous les doctorants à la pédagogie. La CPU préconise de « renforcer le rôle des écoles doctorales en matière de formation : formations transversales, formations scientifiques, intégration de formations aux outils numériques ou à l’ingénierie pédagogique (en lien avec la stratégie de l’établissement), présentation des structures de l’université… ». En outre, une « formation initiale à la pédagogie » pourrait prendre « une autre forme que celle qui existait dans le cadre des CIES » (centres d’initiation à l’enseignement supérieur). Ce point est à travailler avec les Espé. » Quoi qu’il en soit, tous les doctorants, et pas seulement ceux qui bénéficient d’un contrat doctoral, devraient bénéficier d’une « formation à la pédagogie ou au management ou à la transmission de connaissances », de manière obligatoire. « Cette formation pourrait être prolongée dans les deux ans qui suivent le recrutement. »

La formation continue des enseignants-chercheurs. Le nouveau décret statutaire reconnaît « clairement » la possibilité d’une formation continue pour les enseignants-chercheurs. Certaines formations organisées par les organismes de recherche et les laboratoires
 pourraient être mutualisées. Parmi les thèmes de formation continue, la CPU évoque « la prise en charge d’activités transversales ou administratives », « la pédagogie et la didactique disciplinaire », les « outils numériques, en appui à la pédagogie ». Par ailleurs, des « formations mixtes, à destination des enseignants-chercheurs comme des personnels Biatss » pourraient être proposées.

Globalement les propositions renforcent la mission d’enseignement des universitaires et prévoient meilleure préparation et reconnaissance:

« Remettre l’activité de formation au cœur du métier de l’enseignant-chercheur, au même titre que l’activité de recherche et prévoir ainsi des congés sur le modèle des CRCT (congés pour recherche ou conversion thématique) permettant à un enseignant-chercheur de développer des innovations en matière pédagogique, de ressources numériques « .

 

 

Initiation à la pédagogie de l’enseignement universitaire niveau 1. Journée de formation du 09.10.2014

CFDIP SORBONNE PARIS CITÉ

Initiation à la pédagogie de l’enseignement universitaire niveau 1

 JOURNÉE DU 09.10.2014

Lieu : Université Paris Diderot – Salle 227C – Bâtiment « La halle aux farines » 10 rue Françoise Dolto 75013 Paris – métro « bibliothèque François Mitterand » ligne 14 ou « Quai de la gare » ligne 6 ou RER C « François Mitterrand »

La halle aux farines :
http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=implantations&np=HALLE

plan : http://www.univ-paris-diderot.fr/DocumentsFCK/viuniv/File/Plan_gnal_2D.swf

MATIN

– 10h00 Accueil des intervenants et participants

– 10h15 Présentation de la journée par Marie-Anne Paveau (Professeure en sciences du langage, directrice adjointe du CFDIP) et présentation des formations et des ressources en ligne proposées par le CFDIP sur la pédagogie universitaire – DOCERE http://docere.hypotheses.org/

– 11h-12h Anne-Céline Grolleau (Conseillère en pédagogie et en technopédagogie : http://www.doyoubuzz.com/anne-celine-grolleau) : Introduction à la pédagogie universitaire

– 12h-13h Hubert Javaux (Directeur du Service d’Accompagnement aux Pédagogies Innovantes et à l’Enseignement Numérique de Sorbonne Paris Cité (SAPIENS) : http://bit.ly/1tiSNw8) : L’équipement pédagogique de base du.de la doctorant.e enseignant.e

13h00-14h30 Pause déjeuner

APRÈS-MIDI

– 14h30-16h15 Nicolas Roland (Chercheur & doctorant à l’Université libre de Bruxelles. Professeur invité en Haute Ecole : http://niroland.hypotheses.org/) : Enseigner avec les technologies : considérations, approches et outils

16h15-16h30 Pause

– 16h30-17h45 Anaïs Boulard et Morgane Maridet,  doctorantes-enseignantes, fondatrices du RIDE (Réseau Interuniversitaire des Doctorants Enseignants : http://www.ride-association.fr/) : Être doctorant.e-enseignant.e : former et se former

– 17h45-18h00 : distribution des formulaires d’évaluation et FAQ avec les intervenant.e.s et participant.e.s

– 18h00 récupération des formulaires d’évaluation et clôture de la journée

 

Manuel de pédagogie universitaire (à télécharger)

Une équipe de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth propose un manuel complet de pédagogie universitaire librement et gratuitement téléchargeable. Une véritable aubaine pour tou.te.s les francophones, un immense merci aux 13 auteur.e.s et aux infrastructures qui permettent cette mise à disposition. Continuer la lecture de Manuel de pédagogie universitaire (à télécharger) 

Enseigner avec les technologies : considérations, approches et outils

En prenant appui sur une description de « l’univers numérique » actuel des étudiants ainsi que sur l’analyse de la mise en place de la recherche-action ULB Podcast à l’Université libre de Bruxelles, notre objectif, lors de cette formation, est de proposer une lecture critique de la littérature en matière d’intégration des technologies dans l’enseignement ainsi que de décrire les orientations techno-pédagogiques et scientifiques de ce projet. Cette étude de cas nous permettra, d’une part, de comprendre comment émerge, se construit, se modifie tous les jours un projet d’innovation techno-pédagogique dans l’enseignement et, d’autre part, d’analyser des réalisations concrètes d’enseignants pour en dégager les principes pédagogiques sous-jacents. En outre, dans un mode interactif, nous élargirons notre propos à d’autres outils particulièrement pertinents dans le contexte des nouveaux enseignants de l’enseignement supérieur.

« Six leviers pour améliorer l’apprentissage des étudiants du supérieur », article de M. Poumay, 2014

Dans la revue RIPES, un article de Marianne Poumay qui dresse un panorama intéressant des méthodes à mettre en place pour favoriser les apprentissages dans le supérieur.

Résumé

Sur base de rapports rédigés par 200 enseignants de l’Université de Liège, mais aussi sous l’influence de la littérature en pédagogie universitaire, cet article présente six leviers de l’innovation pédagogique dans le supérieur. Nous analysons ensuite une innovation – l’introduction de l’outil « gestion individualisée des compétences » dans un programme d’orthophonie de l’Université de Liège – au regard de ces six leviers et nous mentionnons les régulations d’ordre pédagogique et d’ordre organisationnel envisagées pour l’année académique suivante, de même que quelques pistes de recherche. Une conclusion rappelle le rôle de différents leviers, dont la prise en compte n’est pas une garantie de succès de l’innovation, mais plutôt un moteur de changement au sein d’un cours ou d’un programme, gardant le cap sur l’apprentissage de l’étudiant.

Lire l’article sur le site de la revue

Utiliser efficacement les ENT (environnements numériques de travail)

Toutes les universités proposent leur ENT (Environnement numérique de travail), nommé aussi EPI (Environnement pédagogique interactif). Ce sont des espaces généralement accessibles à partir des intranets des universités, ouverts aux enseignant.e.s et aux étudiant.e.s, et qui permettent d’échanger des documents, de diffuser des syllabus ou des « polys », de proposer des discussion par le biais de forums, de coordonner un binôme ou une équipe pédagogique, etc.

Sur le site de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne :

 Accompagner le présentiel avec les Espaces pédagogiques interactifs (EPI)

Développer des enseignements hybrides ou à distance

Sur canal U, la webtv de l’enseignement supérieur, une conférence sur L’INTÉGRATION DES SERVICES DE L’ENT DANS LES PRATIQUES D’ENSEIGNEMENT

Le guide des usages du numérique de l’UNPIDF, très utile à connaître pour les enseignant.e.s : Guide des usages du numérique

Pour un approfondissement éventuel par les passionné.e.s…, un « Mémoire pour le Diplôme Inter-Universitaire de Pédagogie Médicale » : Mise en place d’un Enseignement Dirigé électronique via l’Environnement Numérique de Travail dans le cadre de la Première Année Commune aux Etudes de Santé

… et bien sûr que chaque doctorant.e-enseignant.e aille explorer l’ENT de son université et les tutoriels ou docuemnts d’accompagnement qui sont très certainement en ligne !

Évaluation des étudiant.e.s

En l’état actuel de la pédagogie du supérieur en France, une part de la formation à l’enseignement supérieur est informelle, au sens de participative, collective et interactive. Mais les procédures d’évaluation sont difficiles à mettre en place sans formation, et, improvisées, risquent d’être trop rigides ou au contraire un peu flottantes.

Quelques ressources pour adopter ou se construire des critères, des grilles et une méthode d’évaluation :

Sur le site du Centre de soutien à l’enseignement supérieur de l’université de Lausanne : Choisir ses stratégies d’évaluation

Sur le blog Pédagogie universitaireStratégies d’évaluation dans l’enseignement supérieur

Le n° 78 de la revue RESEAU : Comment réduire la subjectivité de l’évaluation ?

Sur le blog Pédagogie universitaire, des informations pratiques et précises :

Sur le site de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne : Évaluer les étudiant.e.s en ligne

Sur le site de Thierry Marchand ONEF (Outils numériques pour l’enseignement et la formation) : Le numérique a changé ma façon d’évaluer

Enseigner en s’appuyant sur les erreurs des étudiant.e.s

Cela peut sembler paradoxal, mais les erreurs ne sont pas seulement destinées à être corrigées ; elles peuvent aussi servir d’appui à des consolidations, voire de nouveaux apprentissages. Le traitemet bienveillant des erreurs contribue de plus à créer une bonne relation entre enseignant.e.s et étudiant.e.s, ce qui est un ingrédient fondamental de la réussite de l’enseignement-apprentissage à l’université.

Quelques liens pour s’initier et/ou s’autoformer :

Sur le blog Pédagogie universitaireEnseigner grâce aux erreurs des étudiant-e-s

Sur le blog te@chthought, en anglais : 10 Ways To Honor Mistakes In The Learning Process

Sur le site de l’université de Provence, une fiche sur le livre de J.-P. Astolfi : L’erreur, un outil pour enseigner

Référence : Astolfi, J.-P. (2009). L’erreur, un outil pour enseigner (9 éd.). Issy-les-Moulineaux: ESF éditeur.

Profession : doctorant.e-enseignant.e

Entreprendre un doctorat signifie souvent s’engager dans des activités d’enseignement, que ce soit comme doctorant.e contractuel.le, comme chargé.e de cours, comme ATER.

Si la pédagogie universitaire est la même,  que l’on soit doctorant.e ou non (à l’université, les PRAG-PRCE ne sont pas forcément docteur.e.s ou engagé.e.s dans un doctorat), en revanche l’articulation des deux activités, l’enseignement et la recherche, est spécifique et mérite une formation, ou tout du moins une sensibilisation et une réflexion. De même, la plupart du temps, les doctorant.e.s-enseignant.e.s sont débutant.e.s dans l’enseignement universitaire, ou dans l’enseignement tout court. Continuer la lecture de Profession : doctorant.e-enseignant.e 

Initiation à la pédagogie de l’enseignement universitaire niveau 1 – 09.09 et 09.10.2014

La formation se déroule sous la forme d’une journée de conférences d’initiation dupliquée (la même journée a lieu le 9 septembre et le 9 octobre 2014)

Objectifs de la formation

– fournir aux doctorant.e.s débutant leur activité d’enseignement des informations sur la pédagogie universitaire ;

– donner des méthodes et outils pour préparer les premiers cours : élaboration du programme du semestre ou de l’année, progression, méthodes d’enseignement et d’évaluation, utilisation des technologies ;

– donner des éléments sur la relation avec les étudiant.e.s et la gestion du groupe.

La formation sera prolongée par un niveau 2 approfondi sur deux jours (proposé au second semestre 2014-2015) Continuer la lecture de Initiation à la pédagogie de l’enseignement universitaire niveau 1 – 09.09 et 09.10.2014 

Améliorer la rédaction des étudiant.e.s

Tou.te.s les enseignant.e.s à l’université sont (en principe) de bon.ne.s scripteur.e.s, ce qu’on appelle des scripteur.e.s expert.e.s : illes savent écrire, parce qu’illes ont reçu des formations qui comprennent, ou qui sanctionnent, les compétences rédactionnelles. Savoir écrire à l’université, ça veut dire produire des écrits qui correspondent aux formats qui ont cours dans l’institution, sur le plan des genres, des styles et des corrections formelles (grammaticale et orthographique en particulier). C’est détenir un ensemble de compétences qui définissent la littératie universitaire française. Continuer la lecture de Améliorer la rédaction des étudiant.e.s