[Article] La formation d’enseignants universitaires nouvellement recrutés : quelles retombées ?

La Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur (RIPES)

2015-3

« La formation d’enseignants universitaires nouvellement recrutés : quelles retombées »

Basile Bailly, Joëlle Demougeot-Lebel et Christelle Lison

Résumé

La formation des enseignants du supérieur est devenue, aujourd’hui, un réel enjeu. C’est pourquoi de nombreuses institutions d’enseignement supérieur s’efforcent de mettre en place des dispositifs de formation à l’intention de leurs enseignants. C’est dans ce cadre que la présente recherche a été menée. Notre article présente les résultats d’une recherche visant à étudier les retombées de la participation à un dispositif de formation pédagogique auprès d’enseignants nouvellement recrutés au sein d’une université française à dominante sciences et techniques pour l’année 2013-2014. La recherche à visée exploratoire a considéré deux dimensions principales, d’une part, les conceptions des processus d’enseignement et d’apprentissage des nouveaux enseignants et, d’autre part, leurs pratiques d’enseignement. Les résultats montrent que le dispositif a amené les enseignants à questionner leurs conceptions, pour une majorité d’entre eux, et, dans une moindre mesure, à faire évoluer leurs pratiques d’enseignement.

Faire cours au temps des attentats

2201910066_912b844423_bDe nombreux.se.s enseignant.e.s se sont demandé comment aborder le premier cours après les attentats, se sont inquiété.e.s d’éventuelles maladresses de leur part, ou de propos d’étudiant.e.s ou d’élèves qui les auraient mis en difficulté. Voici quelques ressources très diverses, du côté du conseil léger (hors des prescriptions qui ne nous semblent pas de mise) ou du simple témoignage, pour aborder cette question, ou d’autres événements pénibles (les signalements d’autres textes et ressources de ce type sont les bienvenus en commentaire). Continuer la lecture de Faire cours au temps des attentats 

Élaborer un syllabus/plan de cours

Le plan de cours ou syllabus est un élément clé de l’enseignement universitaire : il est un appui incomparable pour les enseignant.e.s car il leur permet d’organiser l’ensemble de leur cours sur le semestre ou une autre période, et en particulier de construire une progression ; et c’est un repère précieux pour les étudiant.e.s qui peuvent y voir concrètement le contenu et la progression du cours. Pour les deux parties, c’est un outil de clarification, d’anticipation, d’explication.

Quelques ressources en ligne :

Elaborer un syllabus de cours (ou plan de cours), document du CSE (Centre de soutien à l’enseignement) de l’université de Lausanne

Rédiger son plan de cours (syllabus), fiche de formation à l’université de Genève

« Développer un syllabus de cours« , billet très détaillé sur le blog Pédagogie universitaire d’Amaury Daele

« Préparer un plan de cours », les bonnes questions, la méthode et des références bibliographiques par le service de formation de l’université de Montréal

Un très riche dossier sur l’agrégateur de liens Diigo qui fournit environ 25 liens vers de ressources en ligne

Et pour finir « Un modèle de syllabus de cours » à utiliser tout à fait librement, porposé en ligne par Émilie Bouvrand

Evaluation de l’enseignement par les étudiants (EEE)

L’évaluation des enseignements par les étudiants est un sujet polémique en France. très peu mis en place. Seules quelques universités l’ont expérimenté (université Claude Bernard Lyon 1 notamment). Alors que 90 à 100% des universités américaines l’utilisent.

Outil pouvant servir à améliorer l’enseignement il risque aussi d’être un système de contrôle administratif pour la gestion des carrières et des programmes.

Craint en outre par de nombreux enseignants pour son manque de fiabilité avec des retours de points de vue d’étudiants partiaux et inutilisables.

L’article )pas trop long) « La dynamique paradoxale de l’EEE » par
Nathalie Younès, Nicole Rege Colet, Pascal Detroz et Emmanuel Sylvestre (dans Romainville, Goasdoue, Vantourout, Evaluation et enseignement supérieur)  résume la problématique et les tudes existantes sur le sujet.

Différentes recherches nuancent les perceptions négatives et montrent comment une bonne mise en place fait de cet outil quand il est mis en place correctement adapté au contexte local et suivi de dispositions d’amélioration.

Une lecture bien instructive.

Suivre aussi commentaires de lecture sur #hal01121467

« Pédagogie de l’enseignement supérieur en France : état de la question »

Un passionnant article de synthèse de Nicole Poteaux publié en 2013, à lire dans la revue en ligne DMS Distance et médiations des savoirs :

Introduction

Enseigner et apprendre à l’université constitue un champ spécifique du système éducatif, par son public en voie de spécialisation dans la perspective d’une insertion professionnelle proche, par la double fonction des enseignants-chercheurs et par le statut particulier de l’institution universitaire, productrice à la fois de connaissances et de formations. Enseigner à l’université est actuellement l’objet de questionnements dans lesquels surgit la notion de pédagogie de l’enseignement supérieur.

Lire la suite…

Référence électronique

Nicole Poteaux, « Pédagogie de l’enseignement supérieur en France : état de la question », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 22 septembre 2013, consulté le 01 avril 2015. URL : http://dms.revues.org/403

CFP Colloque Enseigner la physique à l’université 6-7 juillet 2015

logo_small1er colloque régional 

L’université est longtemps restée le seul segment éducatif à ne pas offrir à ses acteurs d’espaces de réflexion sur leurs pratiques d’enseignement. Aujourd’hui ces espaces existent, de nombreux services universitaires de pédagogie ont vu le jour en France mais ils offrent le plus souvent des formations adisciplinaires, plutôt centrées sur des aspects de pédagogie générale où les savoirs spécifiques à la discipline enseignée sont peu ou pas présents.

Le colloque Enseigner la physique à l’université entend promouvoir au contraire une réflexion centrée sur l’enseignement d’une discipline spécifique : la physique. Cette entrée apparaît nécessaire : l’identité disciplinaire est une composante forte de la manière dont se façonne le métier d’enseignant à l’université dans un contexte particulier où les enseignants sont pour la plupart des chercheurs. La récente refonte des programmes de physique dans l’enseignement secondaire a suscité d’importantes adaptations des maquettes de licence, et de nombreuses expériences pédagogiques innovantes ont été testées dans les universités ces dernières années. Dans ce contexte, où chaque université tire actuellement les premiers bilans de ces modifications, le colloque Enseigner la physique à l’université se propose de mettre en commun ces expériences nouvellement acquises entre les différents départements de physique des universités franciliennes.

Le colloque Enseigner la physique à l’université se veut un lieu d’échanges ; il s’adresse à l’ensemble des personnes qui enseignent la physique en contexte universitaire (enseignants-chercheurs, PRAG, chercheurs) en Île-de-France et qui, de plus en plus, expriment le besoin :

  • de profiter de retours d’expériences réussies (ou non), de proposition d’innovations fructueuses, d’analyses de situation d’enseignement et d’apprentissage de la physique ;
  • d’accéder à davantage d’informations sur les nouveaux publics de licence ;
  • de partager leurs doutes, leurs attentes, leurs aspirations, leurs questionnements.

À terme, le colloque Enseigner la physique à l’université a l’ambition de créer un réseau interuniversitaire d’échange et de partage d’expériences pédagogiques.

Lire la suite…

Rôle et promesses d’un syllabus

Comment construire un cours? Rôle du « syllabus »

Présentation préalable du cours, de ses contenus, sa logique et des résultats escompté, le syllabus est un document trop rarement disponible dans l’enseignement supérieur français. Pourtant son rôle est essentiel pour impliquer les étudiant.e.s dans l’enseignement en leur permettant de connaître les objectifs en terme d’apprentissage et le mode d’emploi du cours.

L’article en lien dans Chronicles of Higher Education  de James M Lang, professeur d’Anglais à l’Assumption College, Massachusset et directeur du Center for Teachin Excellence » « The 3 Essential Functions of Your Syllabus, Part 1« , ( seconde partie le  mois prochain) explique bien l’importance de ce document.

Il est commun pour les étudiant.e.s d’être perdus dans un cours, de ne pas comprendre la logique de l’enchainement des leçons pensée par le prof.  Quel est le rapport entre la dernière leçon et celle de la première semaine ? Pourquoi d’ailleurs s’investir à étudier ce cours, pour une note comptant dans une moyenne, certes, mais à quoi ce cours peut servir?  Au delà des contenus, qu’est-il attendu d’eux comme travail à l’occasion du cours magistral, à l’occasion des lectures et devoirs donnés, à l’occasion des TD?

Le syllabus est un outils de motivation, d’explication global d’un enseignement, permettant d’en saisir les enjeux et le mode d’emploi. Son existence et sa qualité contribuent au niveau de l’enseignement dispensé.

Conseil Economique Social et Environnemental : Avis sur la pédagogie numérique

Le Conseil Economique Social et Environnemental,  assemblée consultative composée de représentants sociaux de tous horizons (patronat, syndicats, associations) vient de publier un avis documenté :

LA PÉDAGOGIE NUMÉRIQUE : UN DÉFI POUR L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Ce rapport et avis dresse un bilan des transformations et enjeux actuels du renouveau des approches pédagogiques et technologiques pour les universités. Et le vote par tous les représentant en faveur des recommandations pour le développement au sein de l’enseignement supérieur de ces approches est un signe fort à rendre en compte dans les universités.

Un point important mis en avant est la formation des enseignants chercheurs, actuels et futurs,  à ces pédagogies et technologie et l’indispensable prise en compte statutaire du travail d’enseignement numérique (qui à l’heure actuelle ne compte pas, car hors d’une interaction face-face en salle de classe avec les étudiants…).

Bref, un avis d’une instance officielle de la République qui témoigne de besoins actuels dans l’enseignement supérieur, et qui peut influencer des politiques futures.

Pour les doctorant.e.s enseignant en formations ces tendances sont à prendre en compte dans leur formation.

 

Journée scientifique AIPU 2015 : Le développement professionnel des enseignants du supérieur

Journée scientifique AIPU 2015

Centre d’Accompagnement des Pratiques Enseignantes (CAPE)
Equipe Trigone-CIREL (Sciences de l’Education et Formation des Adultes)
AIPU France

Le développement professionnel des enseignants du supérieur : Enjeux pédagogiques.

Jeudi 9 avril 2015 – 9h00 à 17h30

Bâtiment SUP/SUAIO – Université Lille, 1 Sciences et Technologies

Le Centre d’Accompagnement des Pratiques Enseignantes et l’équipe Trigone-CIREL (Sciences de l’éducation et formation des adultes) organisent la 2ème journée scientifique de la section française de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire (AIPU).

Cette journée scientifique s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur intéressés par les questions d’enseignement et de réussite des étudiants : enseignants-chercheurs, enseignants, conseillers pédagogiques du supérieur, chercheurs en sciences de l’éducation, responsables de formation, étudiants.

Consulter le programme

Colloque international juin 2015 : « Apprendre, Transmettre, Innover à et par l’Université »

Colloque international ATIU : « Apprendre, Transmettre, Innover à et par l’Université »

24-25-26 juin 2015, université Paul-Valéry, Montpellier III. 

Le colloque se propose de questionner la « Réussite à et par l’université » sous le prisme de trois termes « apprendre, transmettre et innover » dans la perspective de la réflexion menée au sein de l’IDEFI-UM3D par Groupe de Recherche Interdisciplinaire (GRI) de l’université Paul-Valéry.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 25 Mai 2015. Pour tout renseignement, consulter le site web à l’adresse suivante : https://sites.google.com/site/colloqueatiu/

Consulter le programme

Conférences plénières :

Monica Masperi : « Pratiques innovantes en enseignement – apprentissage, l’exemple d’Innovalangues »

Emmanuelle Annoot : « La réussite des étudiants à l’université et les évolutions des missions des enseignants-chercheurs  »

Philippe Parmentier : « La transition de l’enseignement secondaire à l’enseignement supérieur, à l’âge des incertitudes – Vingt ans de recherches et d’actions dans les universités belges francophones »

 

« Enseignants-chercheurs de la Génération Y », article de J. Demougeot, 2014

Les jeunes enseignant.e.s-chercheur.e.s sont-ils plus innovant.e.s que leur aîné.e.s sur le plan pédagogique ? Réponse dans cette étude de Joëlle Demougeot-Lebel.

Demougeot-Lebel J., Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, Vol. 30, n°3, 2014.

Résumé
« Cette recherche exploratoire s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens semi-directifs pour investiguer les attitudes, méthodes et outils utilisés par 22 maîtres de conférence (MCF), appartenant à ladite Génération Y. Trois hypothèses liées aux caractéristiques attribuées à cette génération sont étudiées : leur besoin d’innovation ; leur aisance avec les technologies ; leur capacité à être multitâches. Nos résultats 1) mettent au jour une diversité de pratiques inscrites cependant dans un modèle magistro-centré ; 2) suggèrent que l’usage des outils numériques pour enseigner ou communiquer avec les étudiants n’est pas une pratique universelle ; et 3) que la prise en compte de l’étudiant dans la relation pédagogique est importante.

Voici les hypothèses de  cette étude :

  1. Hypothèse 1 : Les membres de la Génération Y sont considérés comme créatifs, actifs dans leur recherche d’informations et ayant le goût de l’innovation. Selon cette hypothèse, nous nous attendons donc à ce que les jeunes MCF, dès qu’ils en ont la latitude, abandonnent les méthodes d’enseignement transmissives, telles que le cours magistral, et mettent en place des pratiques pédagogiques innovantes dans les cours qu’ils donnent à l’université.
  2. Hypothèse 2 : On considère comme une évidence leur habileté à utiliser Internet et la technologie. Nous faisons donc l’hypothèse qu’ils utilisent les technologies pour enseigner. Nous recherchons ici l’usage d’outils numériques à des fins pédagogiques.
  3. Hypothèse 3 : Considérés comme multitâches (ils auraient l’habitude de faire plusieurs choses en même temps), nous faisons l’hypothèse qu’ils sont plus « compréhensifs » quand face à eux des étudiants semblent faire tout autre chose qu’écouter leur cours. 

Réponses à découvrir dans le texte intégral : <http://ripes.revues.org/pdf/883>

Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? .-

Une étude qui motive notre action au CFDip pour les compétences en pédagogie universitaires.

Enseignants-chercheurs de la Génération Y : incidence sur les pratiques pédagogiques ? .- Demougeot-Lebel J..- Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, Vol. 30, n°3, 2014
Cette recherche exploratoire s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens semi-directifs pour investiguer les attitudes, méthodes et outils utilisés par 22 maîtres de conférence (MCF), appartenant à ladite Génération Y. Trois hypothèses liées aux caractéristiques attribuées à cette génération sont étudiées : leur besoin d’innovation ; leur aisance avec les technologies ; leur capacité à être multitâches. Nos résultats 1) mettent au jour une diversité de pratiques inscrites cependant dans un modèle magistro-centré ; 2) suggèrent que l’usage des outils numériques pour enseigner ou communiquer avec les étudiants n’est pas une pratique universelle ; et 3) que la prise en compte de l’étudiant dans la relation pédagogique est importante.

Accès au texte intégral

Propositions de la CPU pour la formation des E.C.

Propositions circulant actuellement d’un groupe de travail sur les carrières des Enseignants Chercheurs de la Conférence des Présidents d’Université  (CPU) et concernant tout particulièrement leur formation, aussi bien initiale que continue.:

LA FORMATION

Former tous les doctorants à la pédagogie. La CPU préconise de « renforcer le rôle des écoles doctorales en matière de formation : formations transversales, formations scientifiques, intégration de formations aux outils numériques ou à l’ingénierie pédagogique (en lien avec la stratégie de l’établissement), présentation des structures de l’université… ». En outre, une « formation initiale à la pédagogie » pourrait prendre « une autre forme que celle qui existait dans le cadre des CIES » (centres d’initiation à l’enseignement supérieur). Ce point est à travailler avec les Espé. » Quoi qu’il en soit, tous les doctorants, et pas seulement ceux qui bénéficient d’un contrat doctoral, devraient bénéficier d’une « formation à la pédagogie ou au management ou à la transmission de connaissances », de manière obligatoire. « Cette formation pourrait être prolongée dans les deux ans qui suivent le recrutement. »

La formation continue des enseignants-chercheurs. Le nouveau décret statutaire reconnaît « clairement » la possibilité d’une formation continue pour les enseignants-chercheurs. Certaines formations organisées par les organismes de recherche et les laboratoires
 pourraient être mutualisées. Parmi les thèmes de formation continue, la CPU évoque « la prise en charge d’activités transversales ou administratives », « la pédagogie et la didactique disciplinaire », les « outils numériques, en appui à la pédagogie ». Par ailleurs, des « formations mixtes, à destination des enseignants-chercheurs comme des personnels Biatss » pourraient être proposées.

Globalement les propositions renforcent la mission d’enseignement des universitaires et prévoient meilleure préparation et reconnaissance:

« Remettre l’activité de formation au cœur du métier de l’enseignant-chercheur, au même titre que l’activité de recherche et prévoir ainsi des congés sur le modèle des CRCT (congés pour recherche ou conversion thématique) permettant à un enseignant-chercheur de développer des innovations en matière pédagogique, de ressources numériques « .